AVRIL 2011 - Christelle Daunay au RunningExpo du Marathon de Paris

Pourquoi ne pas courir le marathon de Paris cette année ?

Mon objectif principal étant les JO de Londres en 2012, je dois être au sommet de ma forme à l'automne pour les qualifications. Nous avons donc décidé qu'après 3 ans à courir 2 marathons par an, je devais me régénérer en ce début d'année. Je travaille donc la vitesse sur de plus petites distances pour augmenter mes chances de qualification à l'automne. Le marathon de Paris arrive trop tôt.

De quelle manière serez-vous présente ?

A partir de samedi, je serai présente au RunningExpo où tous les acteurs de la course à pied se réunissent en un seul et même lieu. Ça sera l'occasion pour moi de rendre visite à tous ceux qui me soutiennent : Nike et l'ESO en particulier.

Quel sera votre rôle sur le stand de l'ESO ?

En tant que meilleure marathonienne française et kinésithérapeute de formation, je vais rencontrer les participants pour des séances photos, des séances de dédicace mais aussi des conseils. Beaucoup de participants viennent sur ce stand pour avoir des conseils en préparation le samedi et pour des séances de massage pour favoriser la récupération le dimanche donc je serai là pour partager mon expérience.

Dans quelle mesure le fait d'être kinésithérapeute vous aide dans votre carrière d'athlète ?

En ayant une bonne connaissance du fonctionnement de mon corps, cela me permet d'éviter les blessures. Je n'ai jamais véritablement été blessée, et je pense que c'est grâce à ça. En effet, quand je ressens une gêne quelque part, je vais pouvoir agir tout de suite et ne pas attendre que cela s'aggrave car je sais ce que je risque. Au final, je gagne beaucoup de temps.

Comment bien se préparer au marathon ?

Il faut être le plus régulier possible toute l'année et accentuer l'entraînement 2 à 3 mois avant la compétition. Si vous n'êtes pas bien préparé, la course va être difficile et c'est dommage. Il ne faut surtout pas s'aventurer dans un marathon si on n'est pas préparé. Par contre, je pense qu'il faut véritablement adapter son entrainement à sa vie quotidienne et de ne pas en faire trop pour éviter d'accentuer la fatigue.

Un conseil pour les participants ?

Je leur conseillerais de ne pas partir trop vite. En général, on est pris par l'euphorie du départ et on a tendance à partir trop vite. Il faut apprendre à gérer cela pour ne pas être en surrégime.
Il faut ensuite savoir écouter son corps pour garder le plaisir tout au long de la course.