MAI 2011 - Les kinés au marathon de Paris

Depuis plusieurs années, l'organisation Kinesport est chargée de s'occuper des soins d'après course du marathon de Paris. Pouvez vous nous présenter en quelques mots le déroulement ?

Depuis plusieurs années en effet, nous collaborons avec ASO sur la demande du directeur Joel Lainé, pour l'organisation des soins. Cette année, 240 kinés et étudiants kinés, 55 podologues et étudiants podologues et une dizaine d'ostéopathes ont pendant cette journée exceptionnelle pratiqué massages, soins de pied, conseils de récupération... sur 3 points de rencontres : le premier au 35ème Km, le second à l'arrivée et le troisième dans un espace réservé aux entreprises partenaires de l'événement. Tout cela pour offrir à plus de 40000 coureurs la possibilité d'être pris en charge si besoin.
Pour réussir au mieux cet évènement, nous nous sommes également flanqués de partenaires tels que Weleda et Elastoplast pour avoir le meilleur matériel possible.

Quels sont les soins les plus pratiqués ?

En premier lieu, les pédicures podologues ont eu la première partie du travail tellement les pieds des  marathoniens nécessitent une prise en charge rapide : ampoules impressionnantes, plaies diverses... Il y a des postes fixes et des équipes tournantes de podologues, bardés de seringues, eosine et pansements...
En second lieu les masseurs-kinésithérapeutes ont massé un nombre considérable de sportifs, soulagé des crampes et en ont profité pour conseiller les meilleures pratiques concernant la récupération. Plus de 30 litres d'huile Weleda ont été appliqués. 
En parallèle, une antenne de secourisme était présente pour pallier les évacuations d'urgence pour les pertes de connaissances, hypothermies...

Selon vos observations durant cet événement, les marathoniens sont-ils des sportifs sérieux ?

Il faut avant tout faire la part des choses. Il y a le marathonien habitué ou du moins, le sportif entraîné. De l'autre côté il y a celui qui pratique peu voire pas du tout d'activité le restant de l'année et qui subitement s'est mis en tête de terminer le marathon pour diverses raisons. Dans ce dernier cas, l'état des organismes est plutôt à l'arrivée assez "délabré". Beaucoup sous estiment la charge physique qu'impose une compétition telle que le marathon. Ils le comprennent après...

Cet évènement est en fin de compte un vrai rendez-vous professionnel pour les professions paramédicales ?

Oui, nous retenons réellement ce point. Cette journée permet à tout le monde de faire mieux connaissance, de voir chaque corps de métier pratiquer et surtout de constater le besoin transversal de soins. On est plus efficace ensemble mais ça, on le savait déjà !
Quant aux étudiants kinés, cela leur permet aussi de se rendre compte qu'il y a une facette supplémentaire à notre magnifique profession, qu'on n'est pas censé travailler toujours en blouse, que soulager une crampe ne répond pas forcément immédiatement à l'étirement... C'est très enrichissant pour tout le monde.