TENDINOPATHIES CHRONIQUES: ENFIN UN REMÈDE EFFICACE ?

Aurélien Gauthier vous donne son avis sur l'acide hyaluronique pour le traitement des tendinopathies.

Depuis quelques années, on met l’acide hyaluronique à toutes les sauces. Ce produit est désormais utilisé dans des domaines aussi variés que la médecine esthétique pour remplacer le collagène ou le silicone, la rhumatologie (via des injections intra articulaires) pour soulager les cartilages ou pour d’autres indications multiples et variées,  l’ophtalmologie. L’acide hyaluronique est également utilisé comme marqueur de certains cancers, en spray contre les aphtes, dans des pommades hydratantes pour la peau, en pastilles contre les extinctions de voix, en gélules contre les troubles digestifs…

Quelles sont les raisons d’un tel succès ? D’abord, l’acide hyaluronique donne de bons résultats. 70% des patients se sentent soulagés après une viscosupplémentation pour une arthrose de genou. D’autres formes galéniques (spray, pommades) doivent encore apporter la preuve de leur efficacité mais dans l’ensemble ces produits donnent satisfaction. Il faut également noter qu’ils comportent peu de risques. Les effets secondaires sont minimes mis à part quelques rares cas d’allergies. En effet, l’acide hyaluronique est déjà présent à l’état naturel dans de nombreux tissus tels que les valves cardiaques, le globe oculaire, les articulations ou l’oreille interne.

Face à ce tableau encourageant, des médecins ont eu l’idée de tester ce produit sur des tendinopathies récalcitrantes. Chaque année, on consacre plus de mille études scientifiques à cette pathologie et on ne sait toujours pas pourquoi certains tendons s’effilochent au fil du temps et comment faire pour qu’ils retrouvent leur ancienne robustesse.

Pour y remédier, on a essayé de nombreuses thérapies, certaines se sont révélées inefficaces, d’autres ont eu des conséquences plus dramatiques comme les infiltrations de cortisone. Plusieurs études semblent indiquer que l’acide hyaluronique constituerait une alternative plus prudente. La première d’entre elle portait sur les rats (1). Dans un premier temps, on provoquait la maladie chez eux en injectant de la cortisone dans le tendon (preuve de l’effet pathogène du médicament), ensuite on traitait ces tendons à l’acide hyaluronique améliorant ainsi la vitesse de cicatrisation.

Une autre étude s’est appuyée sur des chevaux. Un enzyme, le collagénase, était injecté dans le tendon de la jambe d’un cheval puis ce tendon était volontairement abîmé à l’aide d’une pince (2). Huit chevaux ont subit ce traitement et furent ensuite répartis en deux groupes. Alors que les chevaux du premier groupe recevaient une injection d’acide hyaluronique, le second n’était pas traité. Au bout de huit semaines, les chevaux étaient abattus et leurs tendons examinés au microscope. Les chevaux traités montraient alors des tendons en bien meilleur état que ceux qui n’avaient reçus aucune injection. Le résultat fut tellement probant que cette méthode fut aussitôt adoptée en médecine vétérinaire. Chez les humains, les recherches prennent forcément plus de temps. A l’heure actuelle la recherche se porte encore sur le meilleur effet-dose et sur la meilleure technique d’injection. Deux techniques sont en effet en concurrence, la méthode intra-tendineuse sous échographie et la méthode peri-tendineuse dite du bombardier.

Les résultats sont très prometteurs et on trouve déjà en pharmacie des dispositifs d’injection à cet usage. Reste la question du coût ! La seringue est vendue à environ 180 euros sachant qu’il faut compter deux injections pour qu’un traitement soit efficace. Si l’on y rajoute les frais des consultations médicales, tout ceci n’étant bien évidemment pas remboursé, le prix de la « tendinite » devient très élevé.

 

Aurélien GAUTHIER (masseur-kinésithérapeute ESTAC en charge du groupe professionnel)


Notes bibliographiques

(1) « Effet d’hylane GF 20 dans la tendinite d’achille : une étude expérimentale chez le rat » dans Archives of Physical Medecine and Rehabilitation, septembre, 2004.

(2) « Effects of sodium hyaluronate on tendon Healing and adhesion formation in horses » dans American Journal of Veterinary Research, mai, 1991.

« Les dispositifs médicaux présentés sur ces pages sont des produits de santé règlementés qui portent, au titre de cette règlementation, le marquage CE » « Attention, veuillez noter que les conseils donnés ci-dessus ne se substituent aucunement à un avis médical. Lisez attentivement les instructions d'utilisation figurant sur les produits. Important : en cas de doute sur le traitement à suivre, consultez un professionnel de santé (médecin, pharmacien). »